Archives du mot-clé charles maussion

Charles Maussion | publication d’un livre aux éditions William Blake & Co

Très belle et heureuse année à vous,

Je souhaiterais vous faire part d’un projet qui me tient particulièrement à coeur, lancé avec l’association « La Société des Amis de Charles Maussion », association ayant pour unique objectif de faire vivre son oeuvre, principalement à travers des expositions.

Depuis plusieurs mois, nous travaillons sur l’édition d’un ouvrage comportant les plus beaux textes écrits sur son travail (Yves Bonnefoy, Andrée Chedid, Pierre Bergounioux, Daniel Abadie, Robert Combas, Gérard Barrière, Pierre-Edouard, …). Ce livre sera publié par les éditions William Blake & Co et diffusé par les Belles Lettres.

Nous sommes presque arrivés au bout de cette aventure, nous avons reçu des dons très généreux, mais nous n’avons pas encore atteint l’intégralité du budget de 7.500 €. Il ne nous manque plus que 1.000 € …

N’hésitez pas à partager cet article autour de vous et n’hésitez pas à participer si vous le pouvez et le désirez.

Vous trouverez ci-dessous le courrier d’adhésion à « La Société des Amis de Charles de Maussion », ainsi que le formulaire d’adhésion.

Je vous remercie d’avance,

À bientôt,

Chers Adhérents,

Grâce à vous, la Société des Amis de Charles Maussion a pu continuer à faire vivre l’œuvre de Charles en réalisant deux très belles expositions. L’une, au château de Tanlay (2015), organisée par Louis Deledicq, et l’autre au Centre d’Art de Royan (2016), organisée par Jean-Pascal Léger.Cette année, votre aide nous sera particulièrement précieuse pour finaliser l’édition d’un livre qui rendra hommage à l’œuvre de Charles. Ce livre est sur le point d’être publié par les éditions William Blake & Co et diffusé par Les Belles Lettres. Il comportera une sélection des textes les plus importants écrits sur son travail, accompagnée de quatorze planches couleur.

Textes : Yves Bonnefoy, Andrée Chedid, Pierre Bergounioux, Daniel Abadie, Robert Combas, Gérard Barrière, Pierre-Edouard ….

Le budget de ce livre s’élève à 7.500 €, il sera financé dans son intégralité par les adhésions et les dons reçus par l’association. Votre participation nous sera bien évidemment d’une grande aide pour accélérer la publication de cet ouvrage.

[…]

 

Réponse de Charles Maussion

J’éprouve quelque difficulté à vous répondre, mais je voudrais vous faire part d’un moment important que j’ai vécu il y a plusieurs années déjà.

Je lisais dans ma chambre et pour cela portais des lunettes pour voir de près, lorsque levant la tête, mon regard tomba sur une petite photo de ma mère qui était posée sur un meuble à quelques mètres de moi.

Je restais stupéfait. À travers ces lentilles, la photo n’avait plus rien à voir avec celle que je connaissais : plus rien ne restait de la description de ma mère et pourtant sa présence était mille fois plus intense. C’était un contact direct, très émouvant, d’une luminosité rayonnante.

L’image était très simple : simple graduation de lumière aboutissant à un sommet lumineux d’une intensité presque insupportable. Pas de contrastes, mais chaque point de l’espace avait son autonomie, son rayonnement propre et pourtant chaque point avait sa place exacte, sa condition nécessaire et suffisante pour participer à l’ensemble. Le tout avait une unité parfaite, une grande simplicité d’où se dégageait le sentiment de joie et de paix.

J’étais frappé que si peu d’éléments, juste une graduation de valeurs, pouvait aboutir à une telle intensité.

Rien n’était bloqué, fermé, c’était un monde ouvert à la fois irréel et pourtant très réel, puissant et à la fois plein de tendresse.

Plus tard, je marchais sur une plage du nord, et, à quelques mètres de moi, une mouette. C’était de bonne heure le matin, l’air était encore embrumé et les tons bruns-roses du sol se mêlaient au bleu de l’atmosphère pour former une atmosphère grise très transparente et diffusant la lumière.

Je fus saisi : elle se tenait toute droite sur ses pattes comme une montagne de lumière. Pourtant, elle ne semblait pas de nature différente de l’espace lumineux qui l’entourait. La lumière avait mangé ses contours pour ne laisser qu’une présence lumineuse… seule une très fine modulation à peine perceptible, comme une caresse.

Là encore, très peu d’éléments, pas de contrastes, pas d’affirmation, juste un espace, un souffle, une respiration suffisait à créer cette présence comme une source rayonnante et rafraîchissante.

La similitude de vision avec la photo de ma mère était étonnante. C’était le même monde.

Charles Maussion | 1923 – 2010

en savoir plus sur la vie de l’artiste Charles Maussion : www.charlesmaussion.com

Eugène Leroy | Centre d’Art Contemporain Château de Tanlay (France) | 2014

Peintures, gouaches et dessins

Peintures, gouaches et dessins

 

Fervent admirateur de Rembrandt, Eugène Leroy (1910-2000) portait une attention particulière au travail de la matière et de la lumière. Il a accompli une œuvre singulière située dans un double mouvement d’apparition-disparition du motif. Sa démarche consistait à enfouir sous de multiples couches de peinture un dessin originel. L’image du corps ou du visage de son modèle est recouverte progressivement d’épaisseurs de peinture dans les- quelles l’artiste ne cesse de revenir, de retravailler pendant des années, sur lequel l’artiste ne cesse de revenir, retravailler pen- dant des années. Dans le foisonnement de la matière picturale, l’épaisse couche au relief bosselé, la figure ne disparaît pas, au contraire elle émerge, elle s’incarne dans la peinture.

Eugène Leroy, Galerie Michael Werner

 

Communiqué-de-presse-2014JPG

Communiqué-de-presse-Eugène-Leroy-Charles-Maussion

Charles Maussion | Centre d’Art Contemporain | Communs du Château de Tanlay 2014

Charles Maussion, Centre d'Art Contemporain, Château de Tanlay 2014

Charles Maussion, Eugène Leroy, Robert Guinan

 » Peintures, gouaches & dessins  » 

Exposition organisée à l’initiative du Conseil Général de l’Yonne avec le soutien de l’Yonne en scène.

du 29 juin au 28 septembre 2014 – de 11h à 18h – fermée le lundi.

communiqué de presse 

Robert GUINAN | Eugène LEROY | Charles MAUSSION – Château de Tanlay, 2014

Robert GUINAN | Eugène LEROY | Charles MAUSSION10366265_777209865631848_1523123437957285801_n

Une exposition du Conseil Général de l’Yonne Avec le soutien de l’Yonne en scène , du 28 juin au 28 septembre 2014 – Commissariat : Louis Deledicq

Home1

Château de Tanlay 

Peintures – gouaches – dessins

Artiste américain né en 1934, Robert Guinan vit à Chicago depuis 1959 et crée une peinture sociale et engagée. Comme ces illustres prédécesseurs, Edgar Degas et Henri de Toulouse-Lautrec , Robert Guinan fréquente les bas quartiers de sa ville où il rencontre des hommes et des femmes pauvres, des marginaux. Animé d’une volonté de magnifier ces exclus et déshérités de la société américaine, il réalise leurs portraits.

Fervent admirateur de Rembrandt, Eugène Leroy (1910-2000) portait une attention particulière au travail de la matière et de la lumière. Il a accompli une œuvre singulière située dans un double mouvement d’apparition-disparition du motif. Sa démarche consistait à enfouir sous de multiples couches de peinture un dessin originel. L’image du corps ou du visage de son modèle est recouverte progressivement d’un magma de peinture, sur lequel l’artiste ne cesse de revenir, retravailler pendant des années. Dans le foisonnement de la matière picturale, l’épaisse couche au relief bosselé, la figure ne disparaît pas, au contraire elle émerge, elle s’incarne dans la peinture.

Pour retranscrire le plus fidèlement ses émotions Charles Maussion (1923-2010) n’a eu de cesse d’épurer sa peinture. Ce n’est pas le sujet en tant que tel qui l’intéresse mais le sentiment qui jaillit face à lui. Bien plus que la forme d’une mouette, ce qui l’ importe c’est la lumière qui l’irradie, l’atmosphère qui l’entoure, sa présence. Comme chez Leroy, c’est le travail de la lumière, avec de subtils dégradés de couleurs qui fait émerger les silhouettes du fond.

Une exposition du Conseil Général de l’Yonne Avec le soutien de l’Yonne en scène Commissariat: Louis Deledicq

du 28 juin au 28 septembre 2014

Tanlay – Communs du Château
Tous les jours sauf les mardis de 11h à 18h Tel. 03 86 75 76 33

Accueil des scolaires sur rendez-vous auprès de Nathalie AMIOT : 03 86 72 85 32 nathalie.amiot@lyonne-en-scene.com

expo_tanlay_14 copia

Charles Maussion | projet d’exposition 2014 |

Charles Maussion, dans son atelier | Vidéo Benoît Sourty

[youtube http://youtu.be/gSJfFW3qv1Q]

« Le peintre Charles Maussion travaille dans son atelier. Nous l’observons, puis l’écoutons décrire son désir de retirer de la toile le superflu de façon à ce qu’il ne reste que l’esssentiel. Ce n’est pas la vision de la mouette qu’il est important de retrouver, c’est le sentiment de la mouette. ( extrait d’un documentaire de 50 minutes « le sentiment de la mouette », image Jean-Jacques Mrejen, son, montage Jean-Pierre Sanchez, productions de la lanterne) »

Vidéo de Benoît Sourty (http://www.benoitsourty.fr/#/Filmer-lArt/)

je marchais sur une plage du nord, et à quelques mètres de moi, une mouette.

CharlesMaussionPhotoSuzanneNagy_1® Photo Suzanne Nagy

« […] je marchais sur une plage du nord, et à quelques mètres de moi, une mouette. C’était de bonne heure le matin, l’air était encore embrumé et les tons bruns-roses du sol se mêlaient au bleu de l’atmosphère pour former une atmosphère grise très transparente et diffusant la lumière.

Je fus saisi : elle se tenait toute droite sur ses pattes comme une montagne de lumière. Pourtant, elle ne semblait pas de nature différente de l’espace lumineux qui l’entourait. La lumière avait mangé ses contours pour ne laisser qu’une présence lumineuse… seule une très fine modulation à peine perceptible, comme une caresse.

Là encore, très peu d’éléments, pas de contrastes, pas d’affirmation, juste un espace, un souffle, une respiration suffisait à créer cette présence comme une source rayonnante et raffraichissante. […]

Charles Maussion »

Plus d’infos sur la vie et l’oeuvre de Charles Maussion : http://www.charlesmaussion.com

Charles Maussion – au coeur du silence | entretien avec Philippe Chautard
















note

20110907-110254.jpg

Je préfèrerais ne plus penser à rien plutôt que de croire encore en quelque chose.

Apprendre à ne pas penser et désapprendre à croire.

Sans le vacarme des pensées.

Dans un parfait silence,

Ne rien attendre.

Être là.

Seulement là.

© Tableau: Charles Maussion

le préau des collines nº 12 | Traces d’Aubes et de Nuits

Sculpteurs, peintres, poètes 
Le préau des collines, n°12 est paru

Deux dossiers pour ce numéro : Mohammed Khaïr-Eddine : l’œuvre du grand poète marocain et Traces d’aubes et de Nuits : sculpteurs et peintres

En souvenir de notre ami Daniel Puymèges quelques textes de Pierre Bergounioux, Christian Bobin, Pierre Michon, Jean-Paul Michel

Le deuxième dossier : Traces d’Aubes et de Nuits, assemble les sculptures et les peintures d’artistes contemporains ; leurs forces, leurs talents peuvent sembler divergents. Mais au-delà des singularités essentielles, la sincérité, le refus de se courber devant les facilités bavardes du moment les assemblent. Eugène Dodeigne / Laurence Jeannest / Francis Limérat / Pierre Édouard / Denis Martin / Agnès Munier / Jocelyne Colin. / Charles Maussion.

Puis, comme on frappe une cymbale, les textes de femmes et d’hommes proches de la revue accompagnent ces riches dossiers. Gabrielle Althen / Jean-Paul Bota / Geneviève Huttin / Christiane Veschambre.

Site: http://www.preaudescollines.fr/ | Contact: preaudescollines@orange.fr

might be a philosopher (or not)

Photo James Austin © | Charles Maussion

Je vous offre le plus beau billet reçu. Isabelle Butterlin-Pariente, might be a philosopher (or not)…

« Perdition.

Les souvenirs se perdent dans le passé. Ils glissent. Je ne les retiens pas. La lutte est perdue d’avance. Si le portrait n’a pas de regard, est-il portrait ? S’il n’entretient pas la ressemblance la plus élémentaire avec celui dont il pourrait nous dire les traits, que nous dit-il ? Que se soucie-t-il de nous dire ? Nous suivons des yeux, dans les salles immenses des musées, en écho, les yeux des modèles dans le portrait de ce qu’ils furent. Apparat social, leur monde est à la parade, le nôtre aussi. Nous les suivons des yeux, croisons leur regard, le soutenons de toute la certitude de notre présent insolent et fragile, nous osons interroger leurs pupilles noires qui ne regardent pas les nôtres, s’y ajustent sans ciller. Les visages défilent. Et notre monde bientôt les rejoindra. Nous étions pourtant bien avertis de la transparence de notre être. Mais si les yeux s’effacent de ce visage, si ce visage s’estompe, si ses traits se diluent, est-il toujours portrait ? De qui est-il portrait ? Y a-t-il donc un qui dont il fut le portrait, qui porta quelque part dans le monde les traits effacés et à l’effacement de qui il fait écho ? Ou bien est-il possible que le portrait se déploie au-delà de toute anecdote du moi, de toute réduction du moi ? Le moi est-il trop étroit pour dire ce qu’il nous dit ? Désespoir calme, dont il nous sauve. Certes, nous glissons dans l’abîme, sans même savoir si contre cela il faut se redresser, ou s’il est plus juste de plier. De vous dont je n’ai pas la mémoire, que je n’ai pas connus et qui pourtant êtes liés, incorporés essentiellement à mes souvenirs, à mon âme, à mon moi le plus intime, à toute la vibration de cet ici, est-il le portrait ? Se pourrait-il qu’il soit vôtre ? Je crois qu’il y parvient. Le temps distordu a fait que nous ne nous sommes pas croisés. Et je n’ai pu rien retenir de vous. Il est portrait de tous les disparus, portrait au singulier des disparus, portrait unique et seul possible de vous tous dans la pluralité vide que vous a laissée l’oubli … anonymes, épuisés, oubliés ; il est portrait de votre présence pleine dans le monde. Par lui, vous reprenez rang dans le siècle. Présence pure, dépouillée de toute anecdote. Les traits, imperceptiblement, se dessinent, dans le miracle contradictoire par lui accompli en silence. Au col hiératique et blanc, répondent les tempes qui se creusent, où la vie bat, tiède. Et l’arrête du nez se dessine, qui marquerait presque la symétrie du visage, la force de la vie. Un souffle… De loin, de ce brouillard opaque et impossible, je regarde ; ou bien est-ce d’une fenêtre couverte de buée dans un hiver dont il se faut protéger,… ou bien je rêve… il est possible que je rêve, que vous veniez du plus profond de mes rêves… il est possible que vous soyez moi…et que ce portrait soit le mien… et si même cette hypothèse peut se défendre avant d’être écartée, alors il faut en conclure la chose la plus étrange qui soit (elle devient vraie sous nos yeux). Il est portrait de toute humanité. »

Isabelle Butterlin-Pariente, AEDIFICAVIT

Charles Maussion | Robert & Lisa Sainsbury Collection

Thanks to Sarah Bartholomew, Assistant Curator…

« When I was a school student I was very much influenced by Maussion’s work at the Sainsbury Centre and made many visits to look at the paintings on show. Even to this day, I would say that I am still very much inspired by his paintings of blurred and shadowy figures and landscapes in my own work. »

Assistant Curator
Collections and Exhibitions
Sainsbury Centre for Visual Arts
University of East Anglia
Norwich
NR4 7TJ
UK

Web: http://www.scva.ac.uk

Et mes recherches continuent… merci à tous…

charles maussion

charles maussion | artiste peintre | paris

Je recherche tous documents écrits (catalogues), sonores, visuels, témoignages sur Charles MAUSSION, peintre (Paris).

Merci de me contacter si vous avez quoi que ce soit le concernant…


merci de votre aide…

Pierre-Edouard reçu sous la Coupole | 10 mars 2010

Texte extrait du site de l’Académie des Beaux-Arts de l’Institut de France: http://www.academie-des-beaux-arts.fr/actualites/

Le sculpteur Pierre-Edouard reçu sous la Coupole

Au sein de l’Académie des beaux-arts
Le sculpteur Pierre-Edouard succédant à Albert Féraud a été officiellement installé au sein de l’Académie des beaux-arts par son confrère, le sculpteur Gérard Lanvin. Canal Académie vous propose d’écouter la retransmission de cette cérémonie du 10 mars 2010 sous la Coupole de l’Institut de France.

Emission proposée par : Marianne Durand-Lacaze Bookmark and Share
Référence : COU536
Adresse directe du fichier MP3 :http://www.canalacademie.com/emissions/cou536.mp3
Adresse de cet article : http://www.canalacademie.com/ida5390-Le-sculpteur-Pierre-Edouard-recu.html
Date de mise en ligne : 11 mars 2010

Installation de Pierre-Edouard au sein de l'Académie des beaux-arts, Institut de France, 10 mars 2010

Installation de Pierre-Edouard au sein de l’Académie des beaux-arts, Institut de France, 10 mars 2010
© Brigitte Eymann/Académie des beaux-arts

La section de sculpture de l’Académie compte désormais sept membres : Jean Cardot, Gérard Lanvin, Claude Abeille, Antoine Poncet, Eugène Dodeigne, Brigitte Terziev.

Gérard Lanvin a prononcé le discours d’installation de Pierre-Edouard, élu dans la section sculpture, le 28 mai 2008 au fauteuil d’Albert Féraud. Pierre Edouard a souhaité que son discours soit prononcé par la voix de son ami Alain Zaepffel contre-ténor et fondateur de l’Ensemble Gravida. Selon l’usage, le discours de Pierre-Edouard fait l’éloge de son prédécesseur.

Né dans une famille d’artistes, fils du peintre Charles Maussion, Pierre-Edouard, nom d’artiste qu’il s’est choisi, a réalisé ses premières sculptures dès l’âge de quatorze ans tout en poursuivant son apprentissage de dessinateur et de peintre. Ses œuvres de jeunesse sont influencées par la statuaire Khmer et par Giacometti. Puis il se lance dans l’abstrait et fait de Rothko sa référence fondamentale. Pourtant il revient à la figuration après ce passage à l’abstraction dont il garda précieusement les stigmates. Son œuvre peinte côtoie une œuvre dessinée et gravée d’où naissent ses premières « têtes » et son œuvre sculptée vient plus tard en guise de synthèse. Gérard Lanvin a évoqué parmi les œuvres et les thèmes de Pierre-Edouard, « L’Homme à terre », « Femmes à l’échelle », Eve. Au début des années quatre-vingt-dix, Pierre-Edouard renoue avec la sculpture, à laquelle il décide de se consacrer prioritairement. En 2001, le public découvre ses sculptures en apesanteur, des figures de femme à partir du thème d’Eve ou de Noût. En 2003, il a reçu le Grand Prix de la Fondation Prince Pierre de Monaco. En 2008, il est élu à l’Académie des beaux-arts au fauteuil du sculpteur Albert Féraud.

Gérard Lanvin et Pierre-Edouard, membres de l'Académie des beaux-arts, lors de l'Installation sous la Coupole de Pierre-Edouard, le 10 mars 2010

Gérard Lanvin et Pierre-Edouard, membres de l’Académie des beaux-arts, lors de l’Installation sous la Coupole de Pierre-Edouard, le 10 mars 2010
© Canal Académie

Extraits du discours de Gérard Lanvin :

…D’ores et déjà, vous apparaissez comme hors normes, l’esprit non prévenu, lucide. Vous ne pouvez pas vous passer de la forme humaine et vous cherchez néanmoins toujours à l’éviter. Quoi que vous fassiez vous la rencontrez.
Vous êtes fasciné par le tragique pascalien. C’est le Pascal de la géométrie du hasard, du vertige face aux infinis, du fragment, du contraste hallucinant des clairs et des sombres, des ruptures abruptes et des interrogations sans fin. Cette ascèse pascalienne, vous la retrouverez chez Glenn Gould, qui, vous me l’avez souvent dit, est le créateur qui vous a le plus profondément marqué par sa pensée ; sans doute pour cette modulation sans début ni fin, et pour sa manière d’interpréter Bach en regard de la mort, mais dans un instant présent éternel.
Ce qui vous passionne véritablement dans toute création, c’est lorsque la rigueur géométrique est poussée tellement loin qu’elle en devient, dites-vous, lyrique, incandescente, et qu’elle nous donne envie de mourir par sa beauté parce qu’elle a perdu la raison.

Sculpture de Pierre-Edouard, Torse avec épaules III. 2000, 45 x 31 x 35 cm, Bronze

Sculpture de Pierre-Edouard, Torse avec épaules III. 2000, 45 x 31 x 35 cm, Bronze
© Gilles Abegg

…. Je suis frappé quant à moi, dans ce que vous faites, par des axes, des torsions, des arêtes, des sillons, des surplombs. Vous avez parlé de commencer une sculpture avec l’idée d’une montagne ou d’un temple. Un corps fait naître l’idée d’un entablement. Les visiteurs de votre atelier ont pu avoir l’impression d’entrer dans un sanctuaire.

Je serais pour ma part enclin à parler plutôt de métaphore, en souhaitant qu’elle ne soit pas la visée d’un système, sans surtout qu’on dût la signaler.

Faire des séries n’implique pas une progression, mais un réajustement par rapport à une vision initiale.

Les choses chez vous sont faites à partir du vide, sans direction préétablie, progressant en aveugle et somme toute sur une vision, mais fugace, prenant fond sur un absolu, et qui touche aux origines.

Le discours d’éloge de Pierre-Edouard consacré à Albert Féraud commence par son regret de ne pas avoir connu Albert Féraud et par la description de l’atelier de son confrère disparu.

Extrait du discours de Pierre-Edouard :
Vers le fond, je découvre les œuvres restées en suspens. Cet endroit respire un travail très rude, intense, violent ; avec sa dose de consumation physique, d’effort manuel. J’ai cette impression étrange que le maître des lieux s’est juste absenté quelques minutes et qu’il va m’accueillir, souriant. Cet atelier n’a pas fini de vivre et de servir la création qui l’habite. Mais peut-être n’est-ce là qu’un lieu commun, peut-être la mort d’un artiste, la fin d’une œuvre ne sont jamais qu’un accident qui n’aurait jamais dû se produire. Peut-être la nature interne d’une œuvre est-elle d’être un monde en expansion infinie qui ne connaît pas l’amoindrissement, la rupture, le point final. Peut-être la mort, dans l’art, n’est-elle qu’un évènement minime, anecdotique, qui va stupidement mettre un terme à quelque chose qui n’en a pas.

Dans l’atelier d’Albert Féraud, il reconnaît un tableau de Mubin Örhon, « grand seigneur de la peinture, mort dans l’oubli », meilleur ami de son père qui a guidé ses premiers pas de peintre et de sculpteur entre neuf et dix-huit ans.

Parlant de l’œuvre de Féraud, extrait du discours :

L’œuvre de Féraud est profondément lyrique. Lorsqu’on parle d’abstraction lyrique, on n’a encore rien dit. Beaucoup d’artistes abstraits se rattachent à des éléments figuratifs. Certaines œuvres de Féraud incorporent des tracés humanoïdes ou animaliers. Mais la vérité de cette œuvre prend tout de même racine dans une libération vis-à-vis de tout naturalisme au profit d’une sorte d’écriture en trois dimensions qui privilégie une pulsation interne dynamique. Sa sculpture est une danse dionysiaque.

Parlant de la sculpture, Pierre-Edouard précise : … En ce qui me concerne, je n’ai réussi à aborder la sculpture que par une fugace articulation de plans qui s’émiettent forcément parce qu’ils n’ont pas d’assise. Ils sont dans le vide. Ils apparaissent, disparaissent, se recommencent, indéfiniment, jusqu’à ce qu’un semblant de cohérence extrêmement fragile et ténu se fasse jour. Soudain un rapport s’établit entre quelques plans et ce rapport, aussi étrange que cela paraisse, ce rapport crée du « sens ». Rien n’est plus beau que le surgissement de ce « sens », je dirai même de cette « logique » au sein de cet invraisemblable chaos qu’est l’espace.

Remise des insignes de chevalier de arts et lettres à Pierre-Edouard, membe de l'Académie des beaux-arts, par Arnaud d'Hauterives, Secrétaire perpétuel de l'Académie des beaux-arts , le 10 mars 2010, Institut de France

Remise des insignes de chevalier de arts et lettres à Pierre-Edouard, membe de l’Académie des beaux-arts, par Arnaud d’Hauterives, Secrétaire perpétuel de l’Académie des beaux-arts , le 10 mars 2010, Institut de France
© Canal Académie

Pour en savoir plus

- Pierre-Edouard sur le site de l’Académie des beaux-arts->]
- Site Internet personnel de Pierre-Edouard
- Gérard Lanvin sur le site de l’Académie des beaux-arts->]
- Albert Féraud sur le site de l’Académie des beaux-arts->]
- Alain Zaepffel : contre-ténor, fondateur de l’Ensemble Gravida, spécialisé dans le répertoire baroque. Sa passion pour le théâtre l’a conduit à la mise en scène. Il a notamment mis en scène et dirigé Esther de Racine sur la musique originale de Jean-Baptiste Moreau à la Comédie française, en 2003. Actuellement, il est professeur au Conservatoire National Supérieur d’Art Dramatique de Paris.

Texte extrait du site de l’Académie des Beaux-Arts de l’Institut de France: http://www.academie-des-beaux-arts.fr/actualites/

Bookmark and Share

Chevalier des Arts et Lettres

Biographie

Pierre-Edouard naît en 1959. Très tôt, il se passionne pour le dessin et la peinture aux côtés de son père, peintre lui-même. A 14 ans, il exécute ses premières sculptures, tout en continuant à peindre et à dessiner. Les œuvres de cette période sont influencées par la statuaire Khmer et par Giacometti. 
Suivra une période abstraite où il découvre les grands abstraits américains – surtout Rothko – qui resteront toujours pour lui une référence importante.
Au terme de ce voyage dans la peinture pure, il se tourne à nouveau vers la figuration, mais une figuration qui est passée par l’abstraction et en gardera à jamais les stigmates. 
Il commence à élaborer une œuvre dessinée. De cette période datent les premières « Têtes » et la découverte de ce qu’il appellera « le modelé ininterrompu », vision à partir de laquelle il établira l’œuvre à venir. Cette vision l’amène à appréhender toute forme sous l’angle d’un modelé d’ombre et de lumière, qui plus qu’un simple modelé est une véritable utilisation, quasi musicale de la modulation des ombres.
A 21 ans, Pierre-Edouard entrait à la Galerie Claude Bernard. Sa collaboration avec cette prestigieuse galerie lui permet la rencontre d’artistes remarquables – Balthus, Bacon, César, Raymond Mason, Sam Szafran, Lopez-Garcia…

C’est en 1989 qu’il fera sa première exposition personnelle de peintures et de dessins à la galerie. Il y exposera ensuite régulièrement et ses œuvres y sont présentées en permanence. 
De cette période datent les « Doubles portraits », les « Groupes » et surtout les premiers « Hommes à terre » qui préfigurent son travail de sculpture. Suivra toute une série de pastels et de dessins sur le thème du “Personnage à l’échelle”. Il y développe une déconstruction de la figure par le fragment : l’image est désormais lacunaire.
Au tout début des années 90, Pierre-Edouard renoue avec la sculpture à laquelle il va se consacrer prioritairement au fil des années. La sculpture lui paraît correspondre plus exactement à son besoin de modelé et d’espace. Le public découvre en 2001 les premières figures de femmes en apesanteur : le thème d’« Eve » ou de « Noût ». Ce thème va désormais dévorer son travail.
Il sera en 2003 lauréat du Grand Prix de la Fondation Prince Pierre de Monaco, dont il obtient le premier prix. Une exposition suivra l’année d’après à la Principauté de Monaco. En 2008 il est élu à l’Académie des Beaux Arts de l’Institut de France au fauteuil d’Albert Féraud.

Son œuvre se poursuit entre sculpture, dessin et gravure. La récurrence des thèmes en fait une longue chaîne dont chaque œuvre est un jalon et l’ensemble un édifice en construction.

Tête penchée © G. Abegg

Eve-grande ve © G. Abegg

Tête avec bras © G. Abegg