Archives pour la catégorie Note

#Coïncidence #Incidence 

… antérieure à nous

Toi.

Toi à plus de 10.000 km de moi.

Moi.

Moi à plus de 10.000 km de toi.

Et, ce soir là pour moi, ce jour là pour toi, quelques mots nous ont réunis, jamais nous n’aurions pu être plus près l’un de l’autre que cette nuit là, que ce ciel là, retirés dans cet entre soi.

Comment nous sommes-nous retrouvés là?

À ce moment là?

Ce n’était ni prévu, ni prévisible, et pourtant nous étions là dans cet ici et maintenant. Est-il juste d’appeler coïncidence le hasard de se retrouver l’un et l’autre, à l’unisson dans nos différences, séparés par des milliers de kilomètres?

Je me souviens que tu écrivais souvent “regarder le ciel”. Je sais maintenant que tu avais raison, regarder le ciel était la coïncidence, la compénétration. L’échappatoire, le refuge, le lieu où il n’y avait pas de maintenant mais l’ensemble des instants présents. Le “là” où l’on se pose, rêveur, à l’abri des regards, à l’abri des mots, à l’abri des autres… à l’abri de soi aussi.

Depuis, je regarde souvent le ciel, et maintenant, je comprends pourquoi. Même si nos mots ne se retrouvent plus, je redécouvre les traces que nous avons laissées. Ce sont des étoiles sans doute, à la lumière infinie. Nous sommes ce ciel, ensemble, ce ciel où nos mots se sont croisés. Sans se connaître intimement mais néanmoins dans une intimité douce, remplie du désir de l’autre. Le désir de l’inconnu(e) parce qu’il est une évidence à ce moment présent. Pour nous extraire du monde où nous étions à ce moment là, et nous le regardions. Nous nous sommes glissés dans le monde, aspirés par son infinitude. Nous prenions conscience que ni les heures ni la distance n’étaient un obstacle à la connaissance de l’autre. Les regards ne nous faisaient pas défaut puisque nous nous découvrions l’un à l’autre, messages après messages. Aucun de nous deux n’aurait pu définir qui était l’autre. Mais, à ce moment là, nous le savions. Aucun cliché n’aurait pu capter et figer notre présence au monde, notre proximité. Cette contiguïté nous conduisit à se confier l’un à l’autre , à dérouler le fil de nos espoirs et de nos histoires. Deux vies que rien ni personne ne destinait à se rapprocher si ce n’est que ces vies espéraient ce moment là. Le destin s’accomplit sans crier gare.

Seuls nos corps se manquaient.

Alors, une coïncidence est-elle un hasard?

Nous n’y avons pas cru.

Le hasard n’a pas sa place dans la coïncidence. Ce moment inespéré devait avoir lieu. Il n’y avait aucun doute. Le hasard a seulement permis que cette coïncidence ait lieu, ce jour là, à ce moment là, mais la coïncidence existait déjà, elle était antérieure à ce moment sans doute depuis l’origine de nos êtres ou qui sait…

… antérieure à nous,

la coïncidence est antérieure à nous.

☞ #incidences #coïncidences #RevueLaPiscine Le sommaire du numéro 2

Voilà la liste des 58 auteurs et artistes réunis autour du thème « incidences, coïncidences » qui seront publiés dans le numéro 2 de la revue La Piscine. J’aurais beaucoup aimé que mon texte y soit aussi, mais malheureusement, il n’a pas été retenu.

Poursuivre et continuer…

la piscine - Revue graphique et litteraire -

Attention, la liste des auteurs et artistes ci-dessous risque d’avoir une incidence dans le déroulement de votre été : vous allez aimer la rentrée !

C’est en automne que les premières belles feuilles concoctées par Alain Mouton tomberont dans vos boîtes aux lettres.

58 auteurs et artistes réunis autour du thème « incidences, coïncidences » seront publiés dans le numéro 2 de la revue La Piscine.

Comme d’habitude vous avez été nombreux et nombreuses à nous envoyer des propositions et le choix fut difficile ; que les personnes non retenues nous pardonnent, elles auront la possibilité de tenter à nouveau leur chance lors des prochains numéros.

Auteurs et artistes au sommaire du numéro 2 :

Raymond Alcovère
Isabelle Alentour
Thierry Béghin
Pierre Belhassen
Marilyne Bertoncini
Valérie Bilodeau
Julien Boutonnier
Francis Carpentier
Philippe Castelneau
René Chabrière
Corinne Cherifi
Olivier Chevalier
Thierry Clech
Fabien Clouette & Quentin Leclerc
François Constant
Antonin…

View original post 88 mots de plus

avant nuit 


Pas le moral. Du tout. Faire semblant de croire que tout ira mieux et que tout s’arrangera est totalement inconscient.  je ne suis pas allongé sur un banc. Je ne traverse pas la Méditerranée à la nage. Je n’ai pas perdu mon enfant dans un attentat. Mais faire mine que tout va bien dans le meilleur des mondes est une thérapie contemporaine bien sinistre. 

L’incommunicabilité est un désastre rampant.

Plus aucune distance. Capacité de réflexion anéantie. Manque de discernement. Enfant gâté devenu adulte dans le sillage d’un monde qui avance sans lui. Le monde n’attend personne en particulier. Il passe son chemin, vous au milieu, avec les circonstances qui s’enchaînent. L’une après l’autre. Sans raison. 

Poser ces mots ici ne changent rien. C’est seulement un petit signe pour croire qu’ils n’existeraient pas s’ils n’avaient pas été écrits. 

Exister c’est croire que l’on est en vie.

Les lire n’a pas plus d’importance que de les écrire. C’est seulement la preuve que deux existences, au moins, peuvent se croiser. Lecture et écriture, c’est l’histoire sans fin de l’homme et de la femme.

Appel à contributions – numéro 2 : Incidences, Coïncidences

Revue La Piscine, prochain numéro…
Appel à contributions – numéro 2 : Incidences, Coïncidences

la piscine - Revue graphique et litteraire -

jeune-fille-au-pirate(photo : La jeune fille au pirate, Philippe Castelneau)

Incidences, coïncidences : Connexion et pouvoir de la pensée, impression de « déjà vu », loi de Murphy, synchronicité ; personnes, lieux, circonstances qui font douter, rêver, s’émerveiller et bouleversent ainsi nos parcours de vie. Les coïncidences sont-elles uniquement le fruit du hasard ? Quelle est la part insidieuse de nos croyances dans le déroulé de l’existence ? Quelles en sont les incidences ? Qui agit sur qui, sur quoi et pourquoi ? Du cercle vertueux à la spirale infernale, que signifient ces phénomènes ? Autant de questions à se poser. Autant de questions pour soulever l’écriture (une nouvelle, un poème, un récit). Autant de questions à illustrer par des œuvres décalées : « L’insolite est inséparable de l’amour, il préside à sa révélation » écrivait André Breton ; « la photographie, une suite de coïncidences merveilleuses » disait de son côté Henri Cartier-Bresson.Autant de questions que les maîtres nageurs vous posent pour ce…

View original post 310 mots de plus

note 

Le froid nous immobilisa. Nos mains étaient gelées. Je me souviens de ta main dans ma main. Je ne sais plus si c’était le soir ou le matin. Le sang glacé, les yeux à demi-fermés par ce souffle d’air polaire, nous avons regardé l’étang gelé, sans nous parler. Je tenais ta main il me semble. Peut-être était-ce toi qui tenais la mienne, ce n’est plus très clair pour moi. 

Je ne me rappelle plus qui de nous deux soutenait l’autre, mais je sais que nous nous sentions plus forts ensemble. La chaleur de nos deux mains réunies nous permit d’oublier le monde. 

Être là était ce dont nous avions rêvé. 

Nous fûmes là, ici et maintenant, même si ce moment n’existât jamais. 

note

Un jour son cœur s’arrêta de battre. Il continua cependant à vivre par habitude.

La pauvreté 


Télécharger le rapport