#Coïncidence #Incidence 

… antérieure à nous

Toi.

Toi à plus de 10.000 km de moi.

Moi.

Moi à plus de 10.000 km de toi.

Et, ce soir là pour moi, ce jour là pour toi, quelques mots nous ont réunis, jamais nous n’aurions pu être plus près l’un de l’autre que cette nuit là, que ce ciel là, retirés dans cet entre soi.

Comment nous sommes-nous retrouvés là?

À ce moment là?

Ce n’était ni prévu, ni prévisible, et pourtant nous étions là dans cet ici et maintenant. Est-il juste d’appeler coïncidence le hasard de se retrouver l’un et l’autre, à l’unisson dans nos différences, séparés par des milliers de kilomètres?

Je me souviens que tu écrivais souvent “regarder le ciel”. Je sais maintenant que tu avais raison, regarder le ciel était la coïncidence, la compénétration. L’échappatoire, le refuge, le lieu où il n’y avait pas de maintenant mais l’ensemble des instants présents. Le “là” où l’on se pose, rêveur, à l’abri des regards, à l’abri des mots, à l’abri des autres… à l’abri de soi aussi.

Depuis, je regarde souvent le ciel, et maintenant, je comprends pourquoi. Même si nos mots ne se retrouvent plus, je redécouvre les traces que nous avons laissées. Ce sont des étoiles sans doute, à la lumière infinie. Nous sommes ce ciel, ensemble, ce ciel où nos mots se sont croisés. Sans se connaître intimement mais néanmoins dans une intimité douce, remplie du désir de l’autre. Le désir de l’inconnu(e) parce qu’il est une évidence à ce moment présent. Pour nous extraire du monde où nous étions à ce moment là, et nous le regardions. Nous nous sommes glissés dans le monde, aspirés par son infinitude. Nous prenions conscience que ni les heures ni la distance n’étaient un obstacle à la connaissance de l’autre. Les regards ne nous faisaient pas défaut puisque nous nous découvrions l’un à l’autre, messages après messages. Aucun de nous deux n’aurait pu définir qui était l’autre. Mais, à ce moment là, nous le savions. Aucun cliché n’aurait pu capter et figer notre présence au monde, notre proximité. Cette contiguïté nous conduisit à se confier l’un à l’autre , à dérouler le fil de nos espoirs et de nos histoires. Deux vies que rien ni personne ne destinait à se rapprocher si ce n’est que ces vies espéraient ce moment là. Le destin s’accomplit sans crier gare.

Seuls nos corps se manquaient.

Alors, une coïncidence est-elle un hasard?

Nous n’y avons pas cru.

Le hasard n’a pas sa place dans la coïncidence. Ce moment inespéré devait avoir lieu. Il n’y avait aucun doute. Le hasard a seulement permis que cette coïncidence ait lieu, ce jour là, à ce moment là, mais la coïncidence existait déjà, elle était antérieure à ce moment sans doute depuis l’origine de nos êtres ou qui sait…

… antérieure à nous,

la coïncidence est antérieure à nous.

Publicités

Si vous souhaitez m'envoyer un commentaire, écrivez-moi à xavier(at)fisselier.biz

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s