note

20110514-120718.jpg

Mon ombre sombre dans la pénombre de mes décombres.
Mes songes s’entremêlent à mes souvenirs, mais je reste posé là. Fixé à jamais sur ce socle sans fond. Immobile, je n’ai plus rien à exprimer ni espérer. Le Maître a fini son ouvrage. Il n’a plus rien à y ajouter, plus rien à y soustraire. Et, cependant, il devine qu’il y a déposé un fragment de son âme, pas toute son âme, il la réserve à d’autres rêves, d’autres oeuvres. Pendant ma genèse, ma naissance à la lumière, j’étais vivant. Je sentais l’amour de son regard sur moi, comme le regard attendri d’une mère sur son enfant. Mais tu devais survivre.
J’ai été posé là, vendu, acheté, oublié, revendu, sorti de l’ombre et des décombres pour être exposé là.
Au milieu de rien.
Au milieu de tout.
Loin de toi.
Mes traits se sont tirés.
Figés à jamais.
Depuis le jour où j’ai été abandonné dans ton atelier. Déposé parmi tes images créées par tes mains et ton regard profond.
Dans ton atelier.
Ton atelier où je suis né.
L’atelier où tu m’as façonné à ta pensée.
L’atelier où je t’ai fasciné, où je t’ai obsédé.
Retiré, éloigné, arraché d’ici. Je ne pouvais ni crier, ni t’appeler. Tu devais créer. Tu vivais une idée, née de tes pensées.
Je me suis figé.
Et je t’ai regardé.
Mon ombre sombre dans la pénombre.

photo (xf): Rodin | Museo Soumaya ~ México

Si vous souhaitez m'envoyer un commentaire, écrivez-moi à xavier(at)fisselier.biz

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s