note

La rêverie serait-elle une folie gourmande? Ce désir incontrôlable de glisser sur les humeurs du monde par la pensée vagabonde et flottante. L’esprit qui divague sur d’autres grèves, pourtant visibles à oeil clôt, ne cesse de me faire trébucher sur mes propres pas et propos. À chaque échappée, je perds un peu plus pied. Mais, au loin, lorsque tous les repères s’effacent, le feu semble s’intensifier. L’air circule, la vie est là. Je la sens me ceindre, même hors du cadre que forme ma gangue corporelle. À l’intérieur, à l’extérieur? La raison s’effiloche et le plaisir s’accentue. Est-il insensé alors de perdre la raison lorsqu’elle se dresse comme un obstacle? Est-il rationnel de donner un sens à une rêverie immodérable? Je ne peux me résoudre à imaginer que ma raison tente de manipuler la rêverie. La logique voudrait que l’une ne puisse exister sans l’autre, et ce, sans ordre de préférence. Mais alors, où suis-je donc? Sans doute pas là où je me situe. Mais ce n’est pas rationnel. Peu importe, s’il n’est pas raisonnable d’avoir raison, rêvons encore.

Si vous souhaitez m'envoyer un commentaire, écrivez-moi à xavier(at)fisselier.biz

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s