[la] #4

« Tu sais les mots n’ont aucun sens. Ce qui a du sens, c’est que tu les dises. » Amos

*

Amos, lui, savait qu’il mourrait avant d’avoir accompli son destin. Il ne savait pas si les dieux existaient ce qui le comblait de joie. Son existence dorénavant ne s’inscrirait pas dans la condition humaine. Ses interrogations n’étaient que passionnelles. Il frémissait à la seule idée de respirer, de voir et d’entendre. Le goût ne lui procurant que peu de plaisir, à l’exception peut-être de la saveur des baisers reçus, qu’il comparait, à la bonne heure, à la délectation procurée par l’absorption d’un grand cru. Sa vie n’est qu’une exploitation des sens. Peu enclin à l’égoïsme, il en faisait don à l’ensemble de ses amis. Amos n’avait pas d’ennemis, il était splendide ainsi. Il était ce qu’il devait être.
Je savais que cette rencontre changerait le cours de ma vie, comme il avait influé sur le cours de nombreuses vies de mes contemporains. Je l’ai connu à Buenos Aires. Il était lecteur au café Tortoni. Magnifique, il incarnait à la perfection les auteurs qu’il lisait. Il aimait se définir comme l’architecte de l’éphémère poétique. Je n’aurais jamais eu l’élégance de le nommer ainsi. Son détachement à la vie glorifiait sa présence à ce monde déchiré et pétri de peur. Je pense encore maintenant qu’il avait tout compris.

2 réflexions au sujet de « [la] #4 »

Si vous souhaitez m'envoyer un commentaire, écrivez-moi à xavier(at)fisselier.biz

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s