Jean d’Ormesson | Un hosanna sans fin

Merci Héloïse d’Ormesson d’avoir publié ce texte.

VOUS VOILÀ NÉ. Pour mourir. En attendant, il faut bien vivre.

(p. 21)

Un hosanna sans fin, Jean d’Ormesson, éditions Héloïse d’Ormesson.

Publicités

11/6/2018

Au revoir Bonne Maman.

Je t’embrasse fort.

Embrasse tout le monde pour moi.

Jay Shetty | Whatever Your Relationship Status Is

WATCH THIS | by Jay Shetty |  Whatever Your Relationship Status Is

We’re the generation that doesn’t want relationships. What are we really looking for? Share this today! This is inspired by a piece from Krysti Wilkinson.

Le mot de Nietzsche: « Dieu est mort » signifie « Dieu est la mort ».

à réfléchir.

existence !

Lorsque Nietzsche écrit « Dieu est mort », cela ne peut pas vouloir dire que Dieu est mort, comme s’il avait existé, puis serait mort. Car cela, c’est exactement l’idée chrétienne : Dieu (le père) s’est incarné en Jésus (le fils), puis est réellement mort sur la croix, et enfin réellement ressuscité. Les chrétiens ont toujours insisté sur la réalité de sa mort, car sans elle, aucune résurrection n’est possible. La bonne nouvelle chrétienne n’est pas une promesse d’immortalité, mais de résurrection. Les chrétiens ont puissamment souligné ce point, la mort totale du Christ, en choisissant comme symbole de leur foi la croix, l’instrument de torture qui en est l’auteur direct. En proposant de croire en un Dieu mort, le christianisme est une religion très singulière, puisqu’elle réclame, dans un paradoxe tout à fait délibéré, la foi en la toute puissance d’un Dieu très faible, qui n’a même pas assuré sa propre protection…

Voir l’article original 482 mots de plus

(micro)note

Être triste n’est pas se plaindre. C’est une conversation avec soi.

(micro)note

Être soi sans en parler.

Vanités

IMG_2402

« Écrire c’est penser que son histoire inintéressante est plus inintéressante que celle des autres. Vanités. »

Auteur anonyme